Vers une lex mediterranea de l'arbitrage

Modes de paiement
Livraison gratuite dans le Benelux

Pour un cadre commun de référence

1re édition 2015
Filali Osman, Lotfi Chedly
En stock
98,00 €
Accès offert pour les abonnés
  • Strada access Belgique
98,00 €

Description

Une lex mercatoria mediterranea de l’arbitrage ? Le but légistique, fondé sur l’idée d’une unification et/ou harmonisation du droit des affaires d’une intégration régionale méditerranéenne est-il souhaitable et/ou réalisable ? À la veille du 7e anniversaire de la naissance de l’Union pour la Méditerranée, l’arbitrage peut-il, aux côtés d’autres modes alternatifs de règlement des différends commerciaux, constituer un instrument au service de la promotion des investissements entre les 43 pays des rives sud et nord de la Mare Nostrum? La méditerranisation des économies requiert-elle la méditerranisation du droit de l’arbitrage ? Enfant gâté des travaux internationaux, l’arbitrage fait l’objet de nombreux instruments internationaux (convention de New York de 1958 pour la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales étrangères, loi-type de la CNUDCI sur l’arbitrage commercial international du 21 juin 1985, etc.). Critiqué par certains en raison de la judiciarisation dont il est l’objet ou de l’instauration supposée d’un rapport de force entre pays riches et pays pauvres, l’arbitrage a fait l’objet de réformes importantes de la part des législateurs des pays de l’Union pour la Méditerranée. Mais le droit du commerce international peut-il suffire comme modèle alors qu’il subsiste nombre d’obstacles parmi lesquels l’absence d’harmonisation du droit processuel des États membres ?

Lors de la Conférence ministérielle « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée », qui s’est tenue à Marseille les 3 et 4 novembre 2008, les ministres des Affaires étrangères des 43 pays ont affirmé la nécessité de mieux promouvoir les investissements en étudiant « les possibilités d’améliorer les procédures d’arbitrages dans la région (..) par exemple en créant une cour d’arbitrage méditerranéenne ». Est-ce là une piste de travail pour le législateur méditerranéen ? N’est-ce pas le simple chant des sirènes auquel il devra résister ? Quelle que soit la réponse, l’arbitrage a-t-il encore des vertus qui permettent au législateur méditerranéen d’asseoir une lex mediterranea de qui servira elle-même de modèle à d’autres intégrations régionales ?

Cet ouvrage est issu d’un colloque international organisé à Tunis, les 11 et 12 avril 2014, par la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis (Unité de recherche « Relations internationales privées : commerce, arbitrage et migration ») ; le Centre de recherches juridiques de l’Université de Franche-Comté (CRJFC-EA 3225) ; le Centre de recherche sur le droit des marchés et des investissements internationaux (CREDIMI, UMR CNRS n°6295, Université de Bourgogne). En partenariat avec l’Université Jean Moulin-Lyon III (AEDN) ; l’Université d’Oran (Algérie) ; l’Université Hassan 1er de Settat (Maroc) ; l’Université du Québec -Canada- ; l’Université Kemerburgaz d’Istanbul (Turquie) et l’Université Ca’Focari de Venise (Italie).

Il bénéficie du soutien financier de la Fondation Hanns Seidel au Maghreb.

Sommaire

Hommages et remerciements
Préface, par Éric Loquin
Avant-propos, par Lotfi Chedly et Filali Osman

Axe I. Introduction à l’arbitrage, sources historiques et arbitrage au pluriel

Axe II. Principe d’autonomie, instances judiciaires, instances arbitrales

Axe III. Instances judiciaires, instance arbitrale dans l’UpM

Axe IV. Le droit applicable au fond du litige

Axe V. Quels praticiens, quelle(s) institution(s), quelle(s) éthique(s), quel arbitrage dans l’UpM ?

Axe VI. Ordre public international , reconnaissance et exécution des sentences arbitrales

Axe VII. Internationalisation, européanisation, méditerranéisation du droit de l’arbitrage dans l’UpM

Mnemo

ARCOIN

Langue

FR

ISBN

9782802741169

Nombre de pages

558

Date de parution

Mars 2015

Liste des contributeurs

Sous la direction de

  • Lotfi Chedly : Professeur à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis
  • Filali Osman : Professeur agrégé des Universités